FAF : Belmadi sort du silence

C'est une sortie pour le moins surprenante de la part du sélectionneur national, habituellement de nature assez réservée. Le site officiel de la Fédération algérienne de football rapporte des propos de Belmadi, qui n'aurait visiblement pas apprécié l'ambiance dans laquelle s'est déroulé le dernier regroupement des Verts.

Il serait même inquiet, à la veille de la campagne des éliminatoire du mondial qatari et de la phase finale de la CAN 2022, des proportions que prend la campagne pour la course à la présidence de la FAF. «Ce stage s’est déroulé dans des conditions chaotiques ne lui permettant pas d’être dans des positions et dans des dispositions à même de mener à bien sa mission d’entraîneur. Cela a même perturbé sérieusement les joueurs, ce qui est inadmissible à l’échelle d’une sélection. Tout ce marasme vécu et cette ambiance pesante, en rapport avec les prochaines élections de la Fédération algérienne de football, inquiètent fortement le sélectionneur national qui ne veut pas être mêlé à d’autres considérations en dehors de ses prérogatives, de son cadre professionnel et de ses engagements avec l’équipe nationale», explique le communiqué de l'instance en question, en s'exprimant au nom de l'entraîneur national, en poursuivant : «Belmadi ne veut en aucun cas être le soutien de qui que ce soit, ni voir son nom lié ou utilisé dans le cadre d’un quelconque programme, voire pour des desseins populistes, estimant qu’il s’était engagé avec la première sélection du pays uniquement pour des objectifs sportifs bien précis. Cette situation l’inquiète au plus haut point et risque de compromettre sérieusement l’avenir des Verts lors des prochaines échéances». En première lecture, on peut parfaitement comprendre l'intention et le souhait de Belmadi de préserver l'équipe nationale, qui a certainement besoin de plus de sérénité, de stabilité et de tranquillité pour préparer ses prochaines échéances internationales. Néanmoins, en s'exprimant deux semaines plus tard, à la veille de l'assemblée générale élective et l'annonce de la liste de l'unique candidat à la présidence Charafeddine Amara, il est certain que Belmadi veut passer un autre message. Sinon pourquoi choisir ce moment pour remettre à jour un dossier sorti du frigo? Forcément le timing fait qu'on soit contraint de penser que l'entraîneur de l'EN, qui, pour rappel, avait rencontré les hautes autorités du pays après s'être exprimé en conférence de presse sur le départ de Zetchi, veut se dissocier de la plus que probable arrivée du patron de Madar à la tête de la FAF. Le coach, qui pour rappel est tenu par l'obligation de réserve, s'engage sur un terrain qui n'est pas le sien. Par ailleurs, cette prise de position expose forcement la sélection, alors qu'il dit vouloir mettre la mettre à l'abri. Une polémique qui n'avait vraiment pas lieu d'être, à environ un mois du premier match des éliminatoires du mondial.

Redha M.

Sur le même thème

Multimedia